18 novembre 2012

Le brise-glace finlandais Botnica devient estonien


L'importance du rôle des brise-glaces dans l'activité économique des pays scandinaves n'est plus à démontrer. Mais ce sont des navires de haute technologie et, par conséquent, des navires chers à construire, à utiliser. C'est pourquoi, au milieu des années 80, la marine marchande finlandaise décida de mettre en application son concept de brise-glace polyvalent à savoir brise-glace de service public en hiver et navire « multi-services » pour le bénéfice d'un affréteur privé en été. Les premiers navires à avoir été conçus selon ce principe furent Fennica (mis en service en 1993) et Nordica (mis en service en 1994). Dans le même esprit, un troisième navire est construit à Rauma par le chantier Finnyards et livré le 1er juillet 1998 sous le nom de Botnica (IMO 9165877). il est légèrement plus petit que les navires précédents, moins puissant aussi mais bénéficie de nouveaux systèmes de propulsion.

Comme prévu, Botnica va donc avoir une double vie. De 1998 à 2012, il travaille durant l'hiver pour l'Administration maritime finlandaise ou les différentes compagnies publiques successives qui la représentent - Fintaship (2004-2010) puis Arctia Shipping (2010-2012) – puis, au retour de l'été, des équipements temporaires sont installés et en font un navire apte au travail off-shore. Ainsi, il travaillera successivement pour DSND Offshore, Subsea 7, TS Marine mais, à partir de 2008, les affrètements deviennent plus difficiles à trouver et, encore pire, durant la saison hivernale 2010-2011, Botnica reste désarmé comme il le sera encore au cours de l'hiver suivant. Les mois s'écoulent et le brise-glace reste dans le port de Trieste...

Plusieurs péripéties (contrats estivaux non payés, affaires de corruption au sein de l'administration maritime...) et des déceptions techniques (le navire s'est montré moins efficace dans la lutte conte les glaces que ses prédécesseurs peut être en raison, entre autres, d'un manque de puissance - certains ont même décrit ses moteurs comme le cauchemar des ingénieurs !) provoquent des déceptions économiques, le navire coûte cher à entretenir pour des services rendus jugés trop faibles.

Toutes ces raisons justifient la cession du navire, officialisée le 24 octobre 2012, par Arctia Shipping au port de Tallin (Estonie) pour la somme de 50 millions d'euros. Il remplacera ainsi le Tarmo, ancien finlandais, construit en 1963.


Voir tous les clichés de Botnica sur shipsspotting.com

Tous clichés de cet article DR.

Vous pouvez retrouvez notre activité sur / Meet us on : www.facebook.com/navires.specialises
Enregistrer un commentaire