30 novembre 2013

Le brise-glace fluvial Saratov (1895)

Sur les cheminées du Saratov, les initiales de la compagnie "Ryazansko-Uralskaya"

La ville russe de Saratov est actuellement la quinzième ville russe par sa population de près d'un million d'habitants. Elle se situe sur la Volga à 800 kilomètres au sud-est de Moscou et représente un important centre industriel ainsi qu'un nœud de communication tant ferroviaire que routier, aérien ou fluvial comme elle l'était déjà au XIXe siècle. Ses industries (en particulier aéronautiques) justifièrent aux yeux du pouvoir soviétique sa fermeture aux étrangers jusqu'à la chute du régime.

Saratov aujourd'hui (Wikimedia)

C'est au développement du chemin de fer vers l'est de la Russie que l'on doit de voir à Saratov à la fin du XIXe siècle le premier brise-glace fluvial russe. La ligne de chemin de fer Ryazan-Oural atteint Saratov en 1870 mais la compagnie qui porte le nom de « Ryazansko-Uralskaya Zheleznaya Doroga » ne peut faire construire de pont pour enjamber la Volga, le plus grand fleuve d'Europe et la ville devient donc provisoirement le terminus de la ligne. Mais la solution est trouvée pour permettre la poursuite du développement vers l'est : on construit un train-ferry qui portera le train sur la rive orientale du fleuve. En hiver, la route du ferry sur le fleuve gelé sera ouverte par un petit brise-glace spécialement construit pour la compagnie.

Ce petit brise-glace qui porte le nom de Saratovskiy Ledokol est lancé le 7 mai 1895 par le chantier Armstrong de Low Walker sur la Tyne et livré quelques mois plus tard à la compagnie ferroviaire. Le bateau mesure une cinquantaine de mètres de long, un douzaine de large et jauge 569 TJB. Il est équipé de deux machines à vapeur de 700 chevaux chacune. L'acheminement du brise-glace vers sa destination finale, la ville de Saratov, va se faire en utilisant la voie fluviale mais le brise-glace est trop large pour franchir les écluses du canal Mariinsky. C'est pourquoi sa construction avait prévu qu'il soit possible de couper le bateau en deux parties symétriques, de les séparer afin de leur faire franchir les écluses puis de les rassembler avant leur livraison à l'armateur. Ceci explique la position, exceptionnelle, des deux cheminées qui se trouvent côte à côte et non l'une derrière l'autre. Au tournant XIX–XXe siècles, Saratovskiy Ledokol serait selon certain le deuxième bateau à moteur sur la Volga.

Saratov, coupé en deux, lors du passage des écluses (DR)

Le même chantier aura construit le train ferry Saratoyskaia Pereprava qui doit emporter les wagons répartis en quatre voies, chacune portant 7 wagons. Les passagers sont transférés sur le brise-glace qui peut accueillir 400 passagers. Avec le temps, des installations complémentaires sont réalisées sur les berges du fleuve et de nouvelles constructions viennent augmenter les capacités de transbordement.

La traversée de la Volga en hiver avec le train ferry en remorque (DR)

Par la suite, le brise-glace prend le nom de Pervoy (en français Premier), puis deviendra Zheleznodorozhnik (en français Cheminot) en 1935. Cette année-là, la construction du pont ferroviaire qui enjambe la Volga est achevée. À l'issue des travaux, la raison d'être du brise-glace et des autres bateaux n'est plus. Le brise-glace, devenu inutile à cet endroit, est transféré avec d'autres éléments du système de communication trans-fluvial plus loin vers le sud, aux abords de Stalingrad à 400 km au sud de Saratov. C'est sous le nom de Volga qu'il participera à la bataille de Stalingrad (juillet 1942-février 1943), jouant un rôle actif dans la défense de la ville-héros. Il retrouve la ville de Saratov dans les années soixante lorsqu'il s'est agi d'y construire un autre ouvrage d'art, un pont routier cette fois et, bien sûr, le bateau participe aux travaux. Devenu inutile à l'issue de ceux-ci, il fut coulé au fond du fleuve devant la ville d'Engels. Son compas est conservé au musée du chemin de fer de la Volga.


Le brise-glace Saratov (DR)


Webographie :





http://www.tynetugs.co.uk/saratovskiyledokol1895.html








Enregistrer un commentaire